Culture et spectacle vivant en 2020 : ce que nous disent les recherches Google

Saviez vous que la danse s’illustre comme la figure de proue des nouvelles pratiques des publics ? Qu’il n’y a pas de marché pour le streaming de théâtre ? Que Harry Potter contribue largement au succès de France Culture en 2020 ? Les données de recherches des internautes sont un outil précieux d’étude du marché et de repérage des grandes tendances qui animent la population dans sa recherche d’offre culturelle. Mêlant étroitement culture populaire et culture savante, les intérêts et nouvelles pratiques se confirment ou s’infirment parfois de manière surprenante au travers de ce prisme entièrement digital.

Les données statistiques présentées ici sont issues des recherches Google des internautes en 2020. Toutes les informations sont disponibles et vérifiables librement sur l’outil Google Trends. Ainsi, si les échantillons sont fiables et représentatifs compte-tenu des volumes de recherches, ils excluent une partie de la population qui n’utilise pas ou peu internet, ainsi que les personnes qui font appel à d’autres moteurs de recherche.

Malgré cela, ces résultats nous renseignent de manière fiable sur l’évolution des pratiques culturelles, et notamment celles des nouvelles générations. En effet, la moitié des 15-28 ans accède aujourd’hui à la culture par le biais du numérique. A ce titre, nous recommandons la lecture complémentaire des deux études du Ministère de la Culture parues en 2020 sur les pratiques culturelles des français et leur évolution en temps de confinement.

Un intérêt stable pour la Culture en 2020

Bon à savoir : ce sujet de recherche Google regroupe des thèmes connexes liés à la culture, dont les industries culturelles, l’entertainment et certaines activités de loisirs. Par exemple, Google identifie l’élection de Miss France comme faisant partie du segment « Arts et culture ». C’est pourquoi une certaine prudence s’impose, et nous détaillerons par la suite les résultats par grands mots-clés.

Commençons par un état des lieux général. Dans cette première partie, il s’agit avant tout de donner une idée globale des tendances pour la recherche du sujet « Culture » en 2020 (on en exclut cependant la « culture » potagère, qui a, il faut bien le dire, connu un essor formidable au printemps).

Des internautes en recherche de Culture

Tendance des recherches Google pour le sujet "Culture" en 2020

La tendance des recherches est stable tout au long de l’année. On découvre cependant deux pics d’intérêt qui couvrent les mois de mars et avril et, dans une moindre mesure, mi-novembre et décembre, correspondant aux périodes de confinement. Les internautes sont donc allés à la rencontre de la culture de leur propre initiative, alors qu’ils n’y avaient plus accès par d’autre moyen que par internet. En effet, sur ces cinq dernières années, l’intérêt porté au sujet « culture » par les utilisateurs de Google n’a jamais été aussi important qu’au mois d’avril 2020 !

Culture chez nous, terminé bonsoir

Tendance des recherches Google pour les mots clés "Culture chez nous" en 2020

Le hashtag #culturecheznous, doublé d’un site internet lancé par le Ministère de la Culture, n’aura échappé à personne au mois de mars 2020. Cette plateforme qui devait recenser l’offre culturelle en ligne pendant le premier confinement avait été lancée à grand bruit, alors que le monde de la culture et du spectacle vivant était paralysé. C’est la Franche-Comté qui a enregistré le plus fort pourcentage d’utilisation de ce mot clé, et de loin !

Malheureusement, et bien que cette plateforme ait à présent son sous-domaine dédié, cette tendance n’a pas fait long feu, comme le révèle le graphique ci-contre. A moins que les utilisateurs n’aient enregistré le site dans leurs favoris, baissant de fait les recherches naturelles ?

L'essor des contenus culturels gratuits

Concernant le terme de recherche « culture », les meilleures progressions associées concernent des plateformes proposant des contenus gratuits en ligne. Avec notamment, en tête des associations de sujets :

  • Openculture.org, qui se réclame d’être le « meilleur média gratuit d’art et d’éducation sur le web » ;
  • Google Arts and Culture, sujet entraîné par un intérêt nouveau pour Frida Kahlo et la visite virtuelle de la Grotte Chauvet ;
  • Culturebox : plateforme renommée depuis « france.tv » , mais que les utilisateurs recherchent toujours sous son ancien nom. A noter : le Ministère vient tout juste d’annoncer la création d’une chaîne de TV éphémère « Culturebox ». Sans doute dans le but de capitaliser sur ce mot qui était visiblement entré dans les habitudes.

Les précédents résultats sont issus des recherches concernant le terme générique « culture », qui est le sujet de cette partie. Il est donc naturel que des plate-formes contenant ce mot clé se positionnent en tête des sujets associés.

Dès lors, nous observons que des fournisseurs de contenus gratuits relevant du service public, comme arte.tv et france.tv, les surpassent très nettement en volumes de recherches. Malheureusement, comme le montre le graphique ci-contre, ces plateformes gratuites sont elles-mêmes écrasées sous le poids de gros acteurs privés comme Netflix, qui enregistre des volumes de requêtes incomparables en avril et en novembre.

France Culture, l'année des records

Parallèlement, l’un des sujets les plus fréquemment associé au terme « Culture » est « France Culture » . Ce qui n’est pas étonnant compte-tenu des records d’audience dont la radio peut effectivement se féliciter en 2020 !

Le secret de ce succès ? Le franc décollage des podcasts « Harry Potter » , « Millénium » et « Le mystère de la chambre jaune » , qui ont connu des records de progression. Quand la radio se lance dans le livre audio, les auditeurs l’écoutent. Les trois émissions « Les Pieds sur terre » , « LSD » et « Les chemins de la philosophie » contribuent également à cette forte popularité. Sachant qu’il s’agit uniquement de recherches organiques, l’engouement est réel et inédit.

Le spectacle vivant : une chute brutale de l'intérêt des internautes

Tendance des recherches Google pour le sujet "Spectacle vivant" en 2020

Ce graphique peut paraître choquant. Et pourtant, dès le 15 mars, l’intérêt pour le sujet « spectacle vivant » chute brutalement à 30% de sa proportion habituelle, pour ne remonter que péniblement aux alentours de 50% au mois de septembre. La tendance est globalement la même pour le terme de recherche « spectacle ».

Les régions qui émettent le plus de recherches sur le sujet « spectacle vivant » sont les Pays de la Loire en première position, l’Ile de France en seconde. Cependant, la requête la plus souvent associée au terme « spectacle » est « spectacle Paris ».

La FNAC prescriptrice du spectacle vivant

Par ailleurs, le sujet le plus fréquemment associé à une recherche autour du « spectacle vivant » est l’enseigne de magasins FNAC. On constate donc le poids important de l’enseigne en tant que prescriptrice de spectacles et / ou moyen d’obtenir des billets. En revanche, l’une des requêtes associées les plus fréquentes est « remboursement FNAC spectacle ». Ainsi, si les internautes ont recherché la FNAC, c’est aussi pour se faire rembourser en masse leurs billets à la suite des annulations liées aux confinements. C’est également le cas, dans une moindre mesure, pour l’enseigne Carrefour.

L'humour en tête des sujets associés au spectacle vivant

Les requêtes qui apparaissent fréquemment en lien avec le sujet « spectacle vivant » mettent en valeur la prépondérance de l’humour et des spectacles comiques. Avec, au palmarès des recherches les plus fréquentes : Dieudonné, Florence Foresti et Blanche Gardin. Et le top 3 des plus belles progressions : Booder, Artus et Alban Ivanov, ainsi qu’un record de progression de recherches pour Paul Mirabel.

La culture populaire, celle de l’humour portée par des producteurs privés, semble mettre d’accord la majeure partie de la population quand il s’agit de spectacle vivant, et constituer un fer de lance auprès des publics.

De fortes préoccupations autour de l'intermittence et du coronavirus

Les préoccupations des internautes, en lien avec le spectacle vivant, se polarisent autour du statut de l’intermittence. En effet, il s’agit du cinquième sujet associé à la requête « spectacle vivant », en progression de 160%. Record de progression également pour les termes de recherche « intermittent du spectacle coronavirus ». Ces recherches ont connu un bond énorme au mois de mai. Ces dates correspondent aux annonces du gouvernement sur la prolongation des droits des intermittents jusqu’en août 2021, qui sont venues calmer les inquiétudes des uns et attiser la curiosité des autres. La Corse se trouve, avant l’Île de France, en tête des recherches sur ce sujet.

Le théâtre

Le théâtre : physiquement ou rien !

Tendance des recherches Google pour le sujet "Théâtre" en 2020

Les tendances de recherches pour le sujet « théâtre » reflètent celles du sujet « spectacle vivant », si ce n’est un rebond plus important aux alentours de la rentrée scolaire, et donc de la reprise des représentations. L’intérêt porté au théâtre est donc étroitement corrélé à la possibilité d’assister au spectacle physiquement !

Bien que des programmes comme « au théâtre chez soi » ou « la comédie continue » aient été recherchés naturellement (cf plus bas), des recherches moins spécifiques telles que « captation théâtre » ou « streaming théâtre » sont négligeables, montrant une demande spontanée presque inexistante pour ce type de services. Une rapide comparaison avec la tendance des mots clés « film streaming » est édifiante : l’habitude de consommation est sans commune mesure. On n’en fera pas un graphique, car la tendance concernant le streaming de théâtre y apparaîtrait tout simplement à 0. A noter cependant que, si demande il y avait pour le streaming de théâtre, elle proviendrait principalement de la Bretagne et du Sud de la France, régions les plus éloignées de la concentration francilienne.

Cependant, le terme de recherche « National theater at home » enregistre une bonne progression. Il est intéressant de noter qu’il s’agit pourtant d’une offre en provenance du Royaume-Uni. Les publics du théâtre auraient-ils profité de la mise à disposition des captations pour élargir leurs horizons vers des institutions qu’ils ne peuvent habituellement fréquenter ?

Le théâtre à Paris, le spectacle en région

Disparités d'intérêt entre régions pour les sujets "théâtre" et "spectacle vivant", par pourcentage de recherches.

L’Île-de-France est nettement en tête des recherches concernant le sujet « théâtre », avec Paris, les Hauts de Seine et le Val de Marne en tête. Les habitants de la ville de Montreuil sont ceux qui, toutes villes françaises confondues, s’y intéressent le plus.

A l’échelle de la France, le sujet de recherche « théâtre » recueille plus d’intérêt de la part des internautes que le sujet « spectacle vivant ». Cependant les disparités d’intérêt sont significatives entre les régions. L’Île-de-France, la Corse et la Provence-Alpes-Côte d’Azur s’intéressent davantage au « théâtre », là où l’Auvergne, la Lorraine et la Picardie s’intéressent tout autant au « théâtre » qu’au « spectacle ». Ainsi, les internautes de ces régions iront sans doute plus naturellement voir un spectacle de variété qu’une pièce de théâtre, peut-être en raison des équipements disponibles sur leurs territoires.

Le top des recherches de théâtres 2020

Le top 3 des recherches de Théâtres en 2020, la Comédie Française en tête

#1 La Comédie française, loin devant, menée par son programme « La Comédie Continue » et, plus récemment, « Le Côté de Guermantes » ;

#2 Le Théâtre Mogador, pour la comédie musicale le « Roi Lion » d’Hélène Mecchi et Roger Allers ;

#3 L’Odéon Théâtre de l’Europe, principalement pour sa « Ménagerie de verre » avec Isabelle Huppert en tête d’affiche ;

#4 Le Théâtre des Bouffes du Nord, avec le succès du spectacle « La Mouche » en début d’année ;

#5 Le Théâtre des Champs Elysées, avec un net intérêt pour le concert « Gérard Depardieu chante Barbara » ;

#6 Le Théâtre du Châtelet, mené par le spectacle « Room with a view » de Rone et La Horde ;

#7 La Colline – Théâtre national, pour le Journal de Confinement de Wajdi Mouawad.

Plusieurs enseignements sont à tirer de ces observations. En premier lieu, la concentration exclusivement parisienne de ces institutions. Puis, la prépondérance du théâtre public. Enfin, mises à part la Comédie Française et la Colline, l’attachement aux spectacles accessibles physiquement, puisque c’est bien ce type de programmation in situ qui propulse les autres institutions dans le top des requêtes.

La Comédie continue, ce soir

Si un théâtre tire son épingle du jeu du confinement en terme de popularité, c’est bien la Comédie Française, pour laquelle les requêtes d’internautes augmentent en mars et avril 2020. Mieux encore ! Une telle proportion de recherches n’avait jamais été égalée depuis… 2004 et 2005. Ainsi, le programme « La Comédie continue » reste populaire dans les recherches jusqu’à la fin du mois de mai. On note, pendant le premier confinement, la fréquence en nette augmentation de requêtes associées utilisant les mots clés « en ligne », « web tv »,  « culturebox », « arte », démontrant la volonté des internautes de visionner les spectacles de l’institution en ligne.

Une progression qui s’explique par le succès de pièces classiques et grand public diffusées à des heures de forte audience, le dimanche soir sur France 5 dans le cadre du programme « Au Théâtre chez soi » : Le Misanthrope et L’Avare de Molière, le Petit Maître Corrigé de Marivaux ou encore L’hôtel du libre échange de Feydeau arrivent en tête des requêtes associées les plus fréquentes. En somme, un excellent coup de visibilité pour cette vénérable institution.

On en profite pour vous signaler un excellent article de Philippe Chevilley, chef du service culture au journal Les Echos, qui titre : « La Comédie Française dope son audience grâce au numérique ».

Les amateurs d'Opéra restent à l'écoute

Les tendances de recherche Google concernant l’Opéra sont plus stables que celles du théâtre tout au long de l’année 2020, avec cependant un pic en février et un creux fin juin. En revanche, elles sont nettement moins importantes en volume par rapport au spectacle vivant et au théâtre, montrant le caractère bien plus confidentiel de ce centre d’intérêt.

Un intérêt plus marqué pour les captations d'Opéra

L’Opéra de Paris et le Metropolitan Opera de New York occupent les premières places des requêtes associées les plus fréquentes au sujet « Opéra » en tant que genre musical. Les compositeurs qui attisent le plus la curiosité des internautes amateurs d’opéra sont Mozart et Verdi. Et, peut-être anecdotique mais toutefois révélateur de l’entremêlement des tendances grand public avec celles des spectateurs plus avertis : la popularité des recherches concernant les opéra rock.

Là où l’Opéra se démarque par rapport aux résultats précédents, c’est dans la proportion de requêtes associées concernant les moyens de visionner ces spectacles en ligne, phénomène moins prégnant en ce qui concerne le théâtre. Ainsi, les internautes associent volontiers à leurs recherches sur l’Opéra des sujets tels que Culturebox ou france.tv, mais aussi des recherches plus générales comme « opéra en ligne gratuit », « met opera streaming » ou « met opera on demand ». Mais ils cherchent également les moyens de les apprécier dans de bonnes conditions ! Les recherches concernant la marque Devialet, qui produit des enceintes haute fidélité, ont augmenté de 750% en lien avec les recherches concernant l’Opéra.

L'Opéra de Paris dans le top 5 au niveau mondial

Le rayonnement des 5 maisons d'Opéra les plus fréquemment recherchées dans le monde

L’Opéra de Paris et le Metropolitan Opera de New York se disputent les premières places des requêtes associées au sujet « Opéra » en France en 2020. Si l’Opéra de Paris se place loin devant le Met en volume de recherches sur le territoire national, en Europe, c’est le rayonnement du Met qui s’impose auprès des amateurs d’Opéra. Sauf en Italie, en Belgique et en Suisse, où c’est l’Opéra de Paris qui s’impose. En Italie cependant, c’est bien la Scala de Milan qui occupe le haut de l’affiche. Les ères d’influence géographique des 5 maisons d’Opéra les plus populaires sont clairement visibles sur la carte ci-contre.

Pourquoi ce changement d’échelle dans notre étude ? Parce que le phénomène que nous avons constaté plus haut au sujet de l’offre de théâtre en ligne du National Theater londonien est proportionnellement beaucoup plus avancé dans le secteur de l’Opéra, forme d’art total où la langue n’est pas un obstacle et où le répertoire dépasse les frontières. Ainsi, nous nous trouvons face à un marché où les captations sont nettement plus courantes, mais où la mondialisation met immédiatement les principales maisons en concurrence.

Ainsi, la nouvelle offre online de l’Opéra de Paris, récente et encore peu identifiée, ne s’impose pas encore dans la compétition. A l’échelle mondiale, lorsque les internautes recherchent spécifiquement les termes « opera streaming », majoritairement aux mois de mars et avril 2020, ils y associent d’abord le Met de New York, puis la Royal Opera House de Londres, puis, loin derrière, le Wiener Staastoper de Vienne. Les internautes des Etats-Unis, du Royaume-Uni et du Canada sont les plus demandeurs de ce genre de contenus. Ces recherches sont accompagnées de profusion de mots clés comme « streaming », « on demand » ou « youtube ». Parmi les grands hits les plus plébiscités par le public amateur de captations d’opéra, La Traviata, Cosi Fan Tutte ou encore la Tosca.

La danse et le ballet : une pluralité des genres et des pratiques

C’est peu dire que la danse brasse des influences, les modes d’apprentissage et les pratiques des publics. Les recherches Google des internautes sont absolument édifiantes et montrent à quel point cette discipline artistique peut se montrer extrêmement populaire tout en marquant les clivages, et participe pleinement d’une nouvelle forme mondialisée de la culture.

La danse au coeur des nouvelles pratiques culturelles digitales

Le Jerusalema Dance Challenge a fait le tour du monde par TikTok

Les recherches des internautes révèlent que TikTok et les clips Youtube sont devenus des moyens incontournables de partager la danse et le mouvement. Pour le regarder et le partager, mais aussi pour en faire l’apprentissage. L’association des recherches Google concernant la danse et le réseau social TikTok progresse ainsi de 1500% en 2020.

La danse est devenue un vecteur de diffusion de grandes tendances au niveau mondial. Des chorégraphies simples, entraînantes, font le tour du monde en quelques semaines, et les internautes français cherchent à les apprendre de manière proactive. Connaissez-vous le Jerusalema Dance Challenge ? La requête crépite en lien avec le sujet « Danse ». Venue d’Afrique du Sud, cette chorégraphie festive a fait un détour par l’Angola avant de devenir virale sur TikTok. Conséquence, les tutoriels fleurissent sur Youtube, et de Stuttgart à Cherbourg, tout le monde danse, en groupe, en flashmob ou devant sa caméra.

La danse, un lien entre les pratiques populaires et la culture savante

La danse se s’encombre pas de limites. Dans les sujets associés les plus fréquents, on trouve nez à nez « pole dance » et « ballet ». Suivent la danse country et la danse orientale, coude à coude avec les étoiles de l’opéra. De son côté,  l’association du sujet « ballet » avec le sujet « hip hop » enregistre une progression record, sans doute en répercussion de nouveaux spectacles qui brassent ces deux genres, comme ce fut le cas avec les Indes Galantes de Rameau à l’Opéra de Paris en 2019. D’autres programmes tels que « Fit Ballet : train like a French ballerina » viennent mixer sans complexes le ballet et le fitness.

Le Ballet Royal de La Nuit

Films grand public, captations de ballets ou ballet baroque in situ ? Les trois, même si Google ne nous permet pas de savoir la composition de ces trois publics. Les séries de films comme Footloose, Honey, Dance Battle ou Sexy Dance enregistrent des records de recherches. En parallèle, l’Opéra de Paris rencontre de beaux succès, et les publics se mettent d’eux-mêmes à la recherche de captations de ballets classiques comme Casse-Noisette, Le Lac des Cygnes et Giselle. Pendant ce temps, le Ballet Royal de la Nuit, programmé à l’origine au Théâtre de Caen au mois d’avril et reprogrammé en octobre, crée l’événement auprès des afficionados d’art lyrique de Basse Normandie. Tous les publics trouvent leur compte et tous les goûts semblent se retrouver dans la danse.

Danser, en cours, chez soi, en ligne ou dans la rue

Les requêtes associées les plus fréquentes au sujet « danse » sont, de manière récurrente, les termes « cours » et « école », montrant l’importance de la pratique amateur et personnelle en parallèle de la consommation de contenus. Les sujets associés, quant à eux, montrent bien entendu l’émergence du phénomène de cours en ligne, à suivre depuis chez soi pendant le confinement.

Cependant, les recherches de cours à proprement parler concernent davantage la danse classique, qui, avec sa technicité, vient s’opposer à une pratique sans doute plus autodidacte des autres genres. On découvre ainsi la progression de mots clés comme « échauffement » ou « barre » pour poursuivre sa pratique en autonomie en temps de confinement. Anecdote marquante : la « barre de danse classique ikea » fait l’objet d’importantes convoitises !

2020, une année inédite pour la Culture et le spectacle vivant

On l’a constaté tout au long de l’exposition de ces résultats, 2020 fut une année difficile et inédite pour la culture, exacerbant des tendances que l’on aurait préféré oublier, modifiant les modes de consommation des contenus culturels et les habitudes des publics, notamment dans le domaine du spectacle vivant.

Si cet article vous a intéressé.e, qu’il vous a appris de nouvelles choses, qu’il est venu confirmer ou infirmer des intuitions sur les grandes tendances et les pratiques des publics de la culture et du spectacle vivant, n’hésitez pas à réagir et restez connectés à Orcène ! Nous envisageons de poursuivre cette série par un article similaire sur les musées et le patrimoine, ainsi que sur la musique. Si ces contenus vous intéressent, partagez, relayez, parlez de ce premier article. Votre soutien sera déterminant dans la poursuite de cette initiative !

Cet article a piqué votre curiosité ? Si vous souhaitez faire appel à Orcène dans le cadre d’une étude fouillée de votre secteur, d’une évaluation de votre positionnement ou d’un audit de votre présence en ligne, contactez-nous :

Marie Haerrig

Consultante et co-fondatrice d'Orcène

Double diplômée du Master of Science in Management de l’ESSEC Grande Ecole et du Master 2 Marché de l’Art de l’Ecole du Louvre, Marie déploie naturellement son parcours professionnel dans l’écosystème de la culture. Son expérience en gestion de projets culturels est fortement marquée par l’international. Marie a notamment exercé dans les domaines du marché de l’art, du mécénat, de la facture d’instruments de musique et de l’administration de compagnies de spectacle vivant, dans des fonctions de marketing, communication, recherche de fonds et contrôle de gestion. En 2019, elle entreprend avec Orcène de mettre la variété de ses compétences au service des porteurs de projets du champ culturel.